CVML sur un contentieux de concurrence déloyale entre Unilever et Beiersdorf

Le 17 février 2015, le Tribunal de commerce de Paris, saisi en référé d’heure à heure par Unilever, a interdit à Beiersdorf de fabriquer, distribuer, commercialiser et faire la promotion de ses nouveaux déodorants Nivea Pocket, et en a ordonné le retrait du marché.
Courant janvier 2015, Beiersdorf avait lancé la commercialisation d’une nouvelle gamme de déodorants, dénommés Nivea Pocket. Or ces déodorants Nivea Pocket reprenaient certaines caractéristiques essentielles de la gamme de déodorants dits “Compressés” lancée un an plus tôt par Unilever sous ses marques Dove, Rexona et Monsavon (notamment présence d’un bandeau en haut de chaque déodorant de la gamme avec le nom du format inscrit et présentation des déodorants en rayon sur des podiums).
Pour Unilever, la reprise de ces éléments essentiels et caractéristiques de ses déodorants Compressés laissait croire au consommateur que les nouveaux déodorants Nivea Pocket de Beiersdorf présentaient les mêmes qualités que ses déodorants Compressés, ce qui n’était pas le cas. En effet, alors que les déodorants Compressés d’Unilever bénéficient d’une technologie particulière permettant, pour un format deux fois plus petit, un nombre d’utilisations équivalent à un déodorant d’un format classique, les déodorants Nivea Pocket, eux, étaient de simples déodorants d’un format plus petit, ne présentant donc aucun avantage notamment en termes de développement durable. Unilever estimait en outre que le lancement des déodorants Nivea Pocket traduisait la volonté de Beiersdorf de se placer dans le sillage de ses déodorants Compressés à moindre coût.
Le Tribunal de commerce de Paris a fait droit aux demandes d’Unilever, considérant non seulement qu’il y avait bien présentation trompeuse des produits Nivea Pocket de nature à induire chez le consommateur une confusion sur la qualité des produits, mais également que Beiersdorf s’était rendu coupable de parasitisme économique – ce dernier point méritant d’être particulièrement relevé, compte tenu de la rareté des décisions de référé en la matière.

Avocats :
Unilever était représentée par par CVML avec Philippe Lauzeral, associé, Nicolas Rontchevsky, of counsel, et Marion Boulfroy, collaboratrice.
Beiersdorf était représentée par HW&H avec Christophe Chapoullié, associé.

Dans la presse
Axe et Rexona boutent les mini-déodorants Nivea hors des rayons, Le Figaro, 19 février 2015
Les déodorants Nivea Pocket retirés de la vente suite à une plainte d’Unilever, LSA, 19 février 2015

Dans tous nos domaines d'activités et dans tous les principaux secteurs de l'économie,
les équipes de CVML placent leur expertise et leur expérience au service des intérêts stratégiques des clients du cabinet.
Les avocats du cabinet interviennent tant en conseil qu'en contentieux, et proposent des solutions pragmatiques et adaptées,
fondées sur la maîtrise des questions juridiques et sur une connaissance approfondie des activités commerciales de nos clients.

© 2018 CVML - Tous droits réservés | Mentions légales | Création et hébergement AdgenSii Agence de communication Paris Marne la Vallée

Aller vers le haut